Un bon manteau d’hiver pour toutes occasions, ça existe ?

La saison hivernale s’installe peu à peu au Québec et cela peut être un casse-tête pour s’acheter un manteau. Premièrement, à quoi servira-t-il ? Pour le sport, il faut un tissu qui respire. Pour la ville, on peut opter pour quelque chose de plus chaud. Pour tous types d’occasions, simplement y aller avec quelque chose dans lequel vous vous sentez confortable et dont l’allure vous plaît. Les prix varient selon les marques, les matériaux utilisés et la qualité du produit. « C’est le tissu qui fait la qualité. », explique Ana Maria Balinda, professeure en mode à l’École des sciences de la gestion, (entrevue mercredi 7 novembre 2018). Elle avise toutefois de ne pas se faire avoir par un manteau ni trop cher ni à bas prix. « Un manteau ne doit pas dépasser les mille dollars aussi non, c’est de l’extra. En bas de 200 dollars par contre, on est dans une catégorie de qualité moindre. »

Picture2.png PublicDomainPicture/Pixabay

Le manteau est efficace jusqu’à combien de degrés ?

Mythe qui perdure à travers les saisons, les entreprises n’affichent quasiment plus la température à laquelle un manteau est censé se rendre. Pourquoi ? Parce que la tolérance au climat varie d’une personne à l’autre. Résultat, bon nombre de clients regrettent leur achat. Il est préférable d’opter pour un manteau qui conviendra exactement à vos besoins précis. Quelqu’un qui a tendance à transpirer beaucoup ne doit pas se diriger vers ce qui est fait en plume ou en duvet. Quelqu’un qui pratique une activité ou quelqu’un qui l’utilise simplement pour attendre l’autobus va rechercher des attributs différents. « Le manteau de sport doit être fonctionnel, très léger avec une matière qui respire. Il est important qu’il y ait un capuchon. Tout doit être design et utile à la fois. Un vêtement coûte plus cher s’il a des caractéristiques sportives. Tout ça complique la production et donc le coût du vêtement. augmente Une coupe de ville, c’est plus simple, plus épurée et plus pratique. On ne complique pas, on épure le modèle », analyse Ana Maria Balinda.

Picture3.png Myriam.Fotos/Pixabay

Le duvet et les plumes ou du PrimaLoft, lequel est le meilleur ?

S’il existe des manteaux rembourrés avec des plumes et du duvet « presque tous les manteaux sont en doudoune», constate la professeure Ana Maria Balinda. Plus il y a de duvet, plus le vêtement sera chaud. « La technique pour dessiner un manteau chaud, il faut que ce soit ample, toujours plus ample parce qu’il y a une épaisseur, une doublure pour le manteau. » Pour savoir le pourcentage de ces deux matières, simplement regarder l’étiquette. Certaines entreprises ont une certification Responsible Down Standard (standard de duvet responsable) . Cette certification, faite par une organisation à but non lucratif, assure que les animaux n’ont pas été sujets à de la violence inutile. La qualité du duvet et des plumes est que les manteaux sont compressibles. Il est donc facile de les ranger dans un sac à dos sans craindre d’abîmer son achat. Le PrimaLoft, matériau qui a aussi une capacité d’emmagasiner la chaleur, doit être manipulé avec soin. La PrimaLoft, lorsqu’il est plié, peut s’endommager. Par contre, il respire davantage que le duvet et les plumes.

Picture4.png Lucie Fortin

Pourquoi un Gore-Tex peut-il sembler mouillé ?

S’il est sec à l’intérieur, pas d’inquiétude. Le Gore-Tex est une membrane de tissu fusionné entre le tissu extérieur du manteau et celui qui est en contact avec notre peau. Pour bien comprendre, imaginez que cette membrane est un peu comme le fromage que l’on retrouve dans un grilled-cheese. C’est une technologie qui permet de garder une personne au sec tout en évaporant l’humidité produite avec la sueur humaine. Il est possible que l’extérieur du manteau semble mouillé alors que l’intérieur ne l’est pas. Si le traitement déperlant du vêtement n’est plus efficace, la première couche de tissus pourrait être mouillée. Ce traitement sert à retarder l’eau de rentrée. Les coutures scellées sont aussi un autre atout que peut posséder un manteau. « Une couture scellée c’est lorsqu’elle a été travailler au laser ou qu’elle n’existe pas du tout. On a déjà créé des manteaux sans coutures. Couture scellée, c’est déjà démodé », souligne Ana Maria Balinda.

Picture5.png Lucie Fortin

Que doit-on mettre en dessous ?

On a tendance à croire à tort qu’un coton ouaté est l’idéal comme couche à rajouter en dessous de son manteau. Si l’on compte bouger, il s’agit d’une erreur. Ce tissu ne respire pas et une fois mouillé et il est très long à sécher. Puisqu’un corps humide se refroidit plus vite qu’un corps sec, il est fort probable que tous les bienfaits du manteau ne fassent pas effet si la sueur n’est pas en mesure de s’échapper de sous le vêtement. À la moindre fraîcheur, coup de vent ou contact au froid, il est fort probable que vous ne soyez pas en mesure de rester au chaud. Une laine de mérinos est la meilleure option, quoique dispendieux. Celles que l’on retrouve à petits prix possèdent une quantité trop faible de laine pour faire effet. Une fibre synthétique tel que le nylon et le polyester sont ce vers quoi il faut se diriger. En rajoutant les bons vêtements pour rentabiliser les caractéristiques du manteau, on obtient une combinaison idéale personnalisée.

Picture6.png Lucie Fortin

Comment entretenir son manteau ?

Lavez votre manteau. On croit à tort que de nettoyer nos équipements peut les abîmer. Au contraire, l’on prolonge leur durée de vie. Par contre, il faut savoir comment bien les laver. Le mettre à la lessiveuse avec un savon normal pourrait ruiner votre investissement. Il vaut mieux acheter le bon produit afin d’entretenir votre vêtement, surtout s’il y a du duvet à l’intérieur. Il y a une façon et une technique de bien faire sécher pour que le manteau retrouve son volume. Les vêtements qui possèdent la technologie Gore-Tex ne vont pas tous à la sécheuse. Des instructions précises sont accordées à tous les vêtements. Il faut donc d’abord regarder les indications sur l’étiquette, mais aussi s’assurer de se procurer le savon adapté. Un manteau devrait être lavé trois fois par saison ou plus au besoin. La première fois en début de saison, ensuite au milieu et une dernière fois pour clore l’hiver. En moyenne, un manteau gamme moyenne dont les prix sont dans les 450$ à 650$, devrait durer entre cinq et 10 ans.

Sources :

http://www.primaloft.com/home
https://www.gore-tex.com
https://grangers.co.uk
https://www.mec.ca/fr/explore/caring-for-a-waterproof-jacket
https://www.mec.ca/fr/explore/how-to-choose-a-rain-jacket
https://www.mec.ca/fr/article/mec-winter-jacket-guide-warm-waterproof-do-it-all
https://www.sportsexperts.ca/fr-CA/blogue/conseils-achat-tendances/Bien-choisir-son-manteau-dautomne
http://www.coupdepouce.com/style/mode/article/comment-choisir-le-bon-manteau-d-hiver

Auteurs