Qu’est-ce que La Tasse ?
Au prix de 5$, La Tasse est un contenant à café réutilisable disponible dans dix commerces montréalais. Sur un modèle de consigne, il est possible de la rapporter en boutique et de se faire rembourser, de l’échanger contre un contenant propre ou de réutiliser la tasse pour une nouvelle consommation. Les commerces peuvent demander de faire partie du réseau de consigne à l’aide d’un formulaire à remplir sur le site de La Tasse. Le prix d’achat est le même que pour les clients.

Stéphane est le co-propriétaire du café La Graine Brûlée, situé dans le Village et du café Oui mais non, dans Villeray. Avant de participer au réseau La Tasse, ses cafés disposaient déjà d’un système de tasses consignables. «La consigne était à vingt dollars, donc d’avoir un nouveau projet où le prix de la consigne est vraiment plus bas c’est plus avantageux», explique-t-il. (Entrevue le 20 septembre 2018).

latasse.jpeg Louise Hammouda

D’où vient l’idée de La Tasse ?
Avant de lancer La Tasse le 30 août dernier, l’association de quartier Éco-quartier Villeray a sondé les habitants pour connaître leurs pratiques de consommation de café. Sur 330 participants, 91,5 % ont répondu favorablement à la question : « Seriez-vous prêts à utiliser régulièrement un gobelet réutilisable? ».

Au Québec, les gobelets à café ne sont pas recyclables. La cause: une fine couche de plastique polyéthylène enduit l’intérieur des gobelets pour en assurer l’étanchéité. À l’échelle canadienne, plusieurs millions se retrouvent chaque année dans les sites d’enfouissement, où ils restent plus de 150 ans. Certaines villes, comme Moncton, retirent cette pellicule et permettent le recyclage des gobelets, mais cela reste marginal. L’objectif de l’Éco-quartier Villeray est de sensibiliser les citoyens aux questions environnementales.

Capture d’écran 2018-09-20 à 11.44.54.png Éco-quartier Villeray

Existe-t-il d’autres alternatives aux gobelets non réutilisables ?
La majorité des grandes enseignes servent leurs boissons à emporter dans des gobelets jetables. Certaines chaînes comme Tim Hortons ou Second Cup proposent des rabais de 10 % à 15 % aux clients qui apportent leur propre tasse. Selon l’Analyse du cycle de vie (ACV) réalisée en 2014 par le Centre interuniversitaire sur le cycle de vie des produits, procédés et services, les tasses ont un impact environnemental moins important que les gobelets, qu’elles soient en céramique ou en acier inoxydable.

Selon le sondage réalisé auprès des habitant de Villeray, la plupart des répondants n’utilisent jamais ou très peu de contenants réutilisables. L’initiative lancée par l’Écoquartier vise aussi à sensibiliser les consommateurs aux pratiques écoresponsables. «Les clients trouvent ça super intéressant. La première fo is [que le café a lancé un système de consigne] ils trouvaient la consigne chère, mais on avait pas le choix. Là à cinq dollars, dès qu’on en parle, les gens embarquent », raconte Stéphane.

Capture d’écran 2018-09-20 à 13.41.53.png Centre interuniversitaire sur le cycle de vie des produits, procédés et services

Quelles sont les retombées économiques pour les commerçants ?
Selon l’ACV, utiliser des tasses en céramique coûte moins cher aux restaurateurs que les gobelets en carton non recyclables. Dans le pire des cas, sur 365 cafés servis, une tasse en céramique coûte moins de 20$ au restaurateur, contre environ 55$ pour un gobelet jetable. Cependant, le coût d’un lave-vaisselle ou d’une personne à la plonge peut freiner les petites entreprises à sauter le pas. « Chez nous on a des ustensiles en verre ou en céramique sur place », affirme Stéphane.

srarbucks.JPG Starbucks

Pourquoi les cafés continuent-ils d’utiliser des gobelets jetables ?

Malgré les nombreuses critiques sur leur impact environnemental, les gobelets jetables sont toujours utilisés dans la majorité des commerces. Légers, au format standardisés, les gobelets jetables semblent être le contenant idéal pour les vendeurs et les amateurs de café à emporter.

Un autre élément majeur est à considérer: le logo. Imprimé sur tous les gobelets, il est exposé partout où la clientèle se déplace et sert de support publicitaire. C’est la méthode développée par l’enseigne Starbuckssujet du documentaire Starbucks sans filtre, du journaliste français Luc Hermann et du réalisateur Gilles Bovon. De la conception des boutiques au nom des produits, l’entreprise originaire de Seattle, aux Etats-Unis, fait preuve d’une stratégie commerciale calculée et efficace. En 2017, Starbucks enregistre un bénéfice de plus de trois milliards de dollars sur 28 000 enseignes, dans 75 pays différents.

recycc.jpeg Louise Hammouda

Peut-on parler de «zéro déchets» ?Épiceries en vrac, produits d’entretien fabriqués chez soi, sacs de course en toile: le «zéro déchet» se démocratise de plus en plus. L’utilisation de La Tasse et d’autres contenants réutilisables s’inscrit dans cette tendance apparue il y a quelques années. L’objectif est de limiter sa production de déchets pour réduire son empreinte écologique, c’est-à -dire l’impact de l’être humain a sur la Terre. Le 3 et 4 novembre, aura lieu la deuxième édition du Festival Zéro Déchets de Montréal. Ce sera l’occasion d’en apprendre davantage au cours de conférences et ateliers.

Sources:

http://www.villeenvert.ca/gestion-des-matieres-residuelles/mon-gobelet-de-cafe-nest-pas-recyclable/
https://www.lemonde.fr/televisions-radio/article/2018/08/28/starbucks-un-peu-fort-de-cafe_5346851_1655027.html
https://www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/sites/default/files/documents/acv-tasses-cafe-resume.pdf
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1097506/recyclage-gobelet-cafe-poubelles-toronto-montreal-vancouver-freiburg

Auteurs