Que signifie « lagom » ?

C’est un terme suédois n’ayant pas de traduction réelle. Il désigne une quantité ou une qualité qui est « ni trop, ni trop peu ». Depuis quelques mois, ce mot fait l’objet d’un certain phénomène de mode. Il est à l’origine d’une philosophie de vie scandinave prônant la modération dans la consommation. « Le lagom est un style de vie axé sur l’équilibre, la modestie, le consentement et l’absence de prétention », décrivent Jonny Jackson et Elias Larsen dans leur livre Je suis Lagom .

Ainsi, les adeptes de lagom décident de consommer peu, mais en meilleure qualité. Des voyages, à l’alimentation, ils priviliégient la vie en « slow », de façon à mieux apprécier les éléments de leur quotidien. Dans leur livre, Jonny Jackson et Elias Larsen expliquent ceci : « L’essence de cette philosophie consiste en fait à apprécier une vie axée sur la simplicité et à se concentrer sur ce qui est vraiment important. »

Ce nouveau mode de vie est semblable au mouvement de simplicité volontaire (GSVQ) apparu au Québec, en 2001. Ce groupe vise à réunir des Québécois voulant vivre et promouvoir la simplicité volontaire pour améliorer leur propre vie et contribuer à édifier une société plus harmonieuse.

quoi.jpeg Maud Le Teuff

Qui est au centre de ce phénomène ?

Les Suédois sont bien sûr au centre de ce phénomène. Les employeurs suédois ont compris le fait qu’un employé heureux est un employé productif. Ils permettent donc des congés parentaux plus longs et des pauses au travail appelées « fika ». Il s’agit de petites pauses pendant lesquelles le relâchement total est autorisé.

Pour les adeptes, la famille est sacrée et l’éducation très importante. Elle se veut tolérante et permet à l’enfant de gagner en autonomie très rapidement. Dans la société suédoise, tout est prêt pour accueillir des familles avec des enfants, comme les espaces adaptés dans les centres commerciaux. Les repas sont également des moments conviviaux à déguster sur plusieurs heures.

Les vacances sont des moments privilégiés durant l’année. C’est le moment pour les Suédois de faire le plein de nature en partant en voyage à proximité pour faire du ski, du camping ou de la randonnée. Ces voyages leur permettent d’évacuer toute la pression accumulée durant l’année.

quand.png Maud Le Teuff

Dans quels domaines retrouve-t-on ce mode de vie ? 

Adopter le mode de vie lagom, c’est l’adopter dans plusieurs domaines qui nous concernent quotidiennement.

On privilégie un espace d’intérieur minimaliste avec des couleurs généralement neutres. Des rangements permettent un certain équilibre dans l’espace de vie en perpétuant le côté zen de la pièce. La marque « Ikéa » image très bien ce style de vie.

Lagom se retrouve également dans l’alimentation. Les adeptes choisissent des aliments locaux, sains, biologiques et non transformés. Le plus souvent, ils essaieront d’être autosuffisants en cultivant eux-mêmes leurs fruits et légumes et en les cuisinant également par leurs propres moyens.

Ce mode de vie est également observé dans l’apparence physique. Comme les aliments et les meubles, les vêtements sont choisis pour leurs qualités. « L’achat est réfléchi, et le shopping répond plus à un besoin précis qu’à une tentation d’acheter toujours plus », écrit Aurélia, styliste personnelle, dans le blog « Agence Pause ». À la période du Black Friday-Vendredi Fou, le style de vie Lagom semble devoir être mis au goût du jour. Concernant le maquillage, les adeptes de lagom préfèrent des produits cosmétiques sans toxines et en légère quantité. Le look choisi est ainsi naturel et éco-responsable.

où.jpeg Liyana Georgieva

Comment comparer « lagom » aux autres mouvements minimalistes ? 

Lagom, dont on parle beaucoup dans les magazines de bien-être, n’est pas la seule tendance qui est train de s’introduire dans notre quotidien. On le compare souvent au au minimalisme, au Gemütlichkeit (de l’allemand : confort, chaleur, hospitalité), même au Hygge.

La tendance Hygge, c’est « cet art de vivre ou état d’esprit qui place le confort, la chaleur et le bien-être au centre de son message », comme le précise une blogueuse lyonnaise sur son site. La jeune femme qui cache son nom derrière le surnom « Happiness Maker » (de l’anglais : quelqu’un qui travaille en faveur du bonheur) explique que Hygge est plutôt simpliste, en « prônant le réconfort au contact de moments simples mais chaleureux et agréables ». Elle ajoute : « Pour plonger dans cette ambiance cosy le Hygge fait souvent référence aux soirées entre amis au coin du feu, aux décorations intérieures naturelles, boisées, lumineuses, ou encore au contact de la nature retrouvée à l’émerveillement d’un coucher de soleil … ».

C’est alors un état d’esprit qui arrive à séduire les adhérents,  qui est accessible à tous, et qui permet de mettre de côté le stress et la pression du quotidien.

comment.jpg Sergey Makhno

Pourquoi devrait-on adhérer à cette philosophie de vie ?

Sur sa page web, la blogueuse « Happiness Maker » partage avec ses lecteurs sa volonté d’aller plus loin : « En effet, j’ai déjà repéré trois livres sur le sujet … Le Hygge m’avait déjà totalement convaincue mais je pense que cette tendance « slow » prônée par le Lagom va carrément me parler également ! » Selon elle, les raisons du succès de ce mouvement sont explicites : « … ces livres intéressent, plaisent et se vendent parce qu’ils répondent à un besoin. »

De même, elle n’est pas la seule qui adhère à ces nouvelles tendances. Gaëlle, teneuse d’une page web, exprime également son ressenti dans son article « Ma vie lagom ». Avec une toute autre définition du phénomène, elle ajoute un concept important : « Le lagom se pose comme une démarche minimaliste avec un regard critique sur la surconsommation… » On se demande alors, quels sont les avantages d’adhérer au mouvement ?

Sur son blog, Gaëlle confie : « Depuis longtemps, je préfère m’approvisionner en produits frais avec les petits producteurs du marché plutôt qu’en grande surface. » Privilégier le local n’est pas la seule raison pour laquelle elle est motivée de poursuivre son aventure lagom. S’engager dans le zéro déchet en fait partie également. « J’ai encore beaucoup trop de déchets, mais petit à petit je change mes habitudes. » Ce qui la motive le plus, c’est contribuer au développement durable — acheter en vrac, utiliser des sacs en tissu, sont des pratiques qu’elle intègre petit à petit à son quotidien.

pourquoi.jpeg Liyana Georgieva

Ce mode de vie nous permet-il de devenir plus rationnels sur notre consommation ? 

Quand on parle de lagom, on touche le sujet consommation à tout prix. Par contre, se débarrasser de la plupart de ses objets peut paraître radical. Du point de vue de Gaëlle, c’est plutôt le côté sentimental : « Je m’attache aux choses, même les plus insignifiantes. M’en débarrasser m’arrache le coeur même si j’avais oublié qu’elles existaient avant de les retrouver dans un fond de tiroir. »

Les grosses chaînes internationales comme Ikea et Anthropologie semblent encourager ce type de consommation, même s’ils essaient de promouvoir le mouvement minimaliste. À travers leur équipement domestique comme les petits récipients d’épices, ou même le beau set d’ustensiles, ils arrivent à fidéliser les consommateurs. Jusqu’à ce qu’on se retrouve avec énormément d’objets dont on n’a même pas un fort besoin.

Ça freine le plus ceux qui sont intéressés à changer leurs habitudes de vie et consommation. Maria, étudiante en médecine qui a tenté d’adhérer au minimalisme, trouve difficile de se débarrasser d’objets qui lui donnent du confort et qui contribuent à l’effet « cozy ». Toutefois, en utilisant ce dont elle a vraiment besoin, elle essaie de  lutter contre l’encombrement de choses dans sa chambre. De même, elle croit que « pour changer sa vision du monde, il faut commencer par ce qu’on possède ». (Échange de messages sur Facebook, le 15 novembre 2018).

Sources :

https://www.lexpress.fr
http://madame.lefigaro.fr
https://ici.radio-canada.ca
https://www.youtube.com
https://www.ledevoir.com
https://www.happinessmaker.fr
http://www.apartca-blog.com
https://gizmodo.com
https://mahno.com.ua
https://www.becomingminimalist.com/

Auteurs