Qui est touché par l’isolement social ?

Très souvent associé aux aînés, l’isolement social ne touche pas seulement cette génération. De plus en plus connectés avec tous les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, Instagram ou encore Snapchat, les « jeunes » et les « jeunes adultes » font de plus en plus face à cet isolement social. L’explosion des médias sociaux a augmenté un phénomène important chez les adolescents que tout le monde a vécu dans les cours d’école, de proche ou de loin : correspondre à une image.

kropekk_pl.png kropekk_pl

Pourquoi la solitude touche les jeunes ?

Plaire aux autres, avoir l’air cool, c’est ce que recherche beaucoup de monde. Comme l’explique Élyse Huot, intervenante chez Tél-jeunes, dans une entrevue pour La Presse, « ils [ndlr : les jeunes] se sentent seuls quand ils sont exclus à l’école, mais aussi quand ils ne correspondent pas à l’image attendue de l’ado cool entouré de dizaines d’amis et populaire sur Facebook ».

Mais si les réseaux sociaux sont une nouvelle manière de se déconnecter, il faut également considérer l’explosion des familles monoparentales. Par exemple, en 2016, Statistiques Canada recensait 379 210 familles monoparentales, soit plus de 100 000 de plus 25 ans plus tôt.

La distance aussi fait aujourd’hui partie du cocktail qui favorise l’isolement social. Dans les campagnes par exemple, les enfants, les petits-enfants qui partent s’installer dans les grandes villes pour travailler. Et dans une province aussi grande que le Québec, on peut dire que c’est un problème majeur.

Capture d’écran 2018-09-20 à 12.36.24.png Annika Haas

Des avancements plus grands  de l’autre côté de l’Atlantique ?

Le Royaume-Uni a créé au mois de janvier 2018 le ministère de la Solitude sur une idée de la première ministre Theresa May. Si au premier abord cela peut faire sourire ou sembler étrange, il faut savoir que la solitude, même si elle n’est pas une maladie, a des effets tout aussi dévastateurs. Aussi bien mentalement que physiquement. Et ce ne sont pas moins de neuf millions de Britanniques qui sont touchés par l’isolement social. « Pour un trop grand nombre de personnes, la solitude est la triste réalité de la vie moderne», devait-elle expliquer. C’est donc une première dans le monde que la création de ce ministère. Mais l’isolement social est devenu un réel problème intergénérationnel dans les pays occidentaux, principalement.

Évidemment, comme au Royaume-Uni, les Canadiens aussi souffrent d’isolement social. Au Québec, « environ 15 % des 65 ans et plus souffrent de solitude ou d’isolement social. Pour le reste de la population, il est plus difficile de donner des chiffres, car des gens vivant seuls peuvent jouir d’une vie sociale riche, alors que d’autres, bien qu’entourés, souffrent de solitude », souligne le codirecteur. Cependant, une étude du National College Health Assessment réalisé sur 43 000 étudiants et parue en 2016 montre que deux étudiants sur trois disent s’être sentis très seuls dans la dernière année, dont près du tiers (29,9 %) dans les deux semaines précédant le sondage.

Capture d’écran 2018-09-20 à 12.35.32.png Center TotalHealth

Qu’est-ce qui est mis en place ici ?

Le gouvernement fédéral a octroyé 1,6 million de dollars en 2017 pour quatre organismes bénévoles qui s’approchent des personnes isolées sur des lieux qui les attirent afin de les sortir de leur situation. Des actions sont mises en place principalement pour les aînés qui souffrent d’isolement social, mais moins pour les jeunes qui ont plus de mal à en parler. On connaît notamment Tél-jeunes qui permet de parler avec des intervenants pour les jeunes, mais moins de moyens sont déployés pour une vraie lutte contre l’isolement social au Canada.

loneliness-298998_960_720.jpg Pixabay

À quand un ministère de la Solitude au Canada ou au Québec  ?

Pour le ministère de la Santé, la solitude n’est pas une maladie. Cependant, soigner la solitude et l’isolement social, « permettrait de prévenir et réduire beaucoup de maladies cardiovasculaires»,
d’après André Tourigny. Pour le moment il n’est pas prévu de créer ce même genre de ministère au sein du gouvernement canadien ou québécois. 

Sources :

Toxique Solitude, Sophie Allard. La Presse. http://plus.lapresse.ca/screens/25aec0f0-2577-4603-b8c1-d58603cb1da4__7C__I7qsuMzNQg1p.html

Auteurs