Photo: AFP

En quoi consiste la pétition proposée concernant les poisons à rat?

Une pétition déposée à la Ville de Montréal en mars dernier, qui sera ouverte le 13 novembre pour les signatures, a comme intention de contrôler l’utilisation des poisons à rat. Plus précisément, celle-ci voudrait interdire l’utilisation de ce moyen d’extermination dans des bâtiments qui sont situés dans un rayon d’un kilomètre de « lieux importants pour la biodiversité », tels des parcs ou des étendues d’eau. De plus, cette pétition voudrait « sensibiliser les entreprises sur le haut risque de contamination secondaire », dans l’optique de les encourager à utiliser d’autres moyens d’extermination. Si cette dernière obtient 15 000 signatures, la Ville tiendra une consultation publique sur le sujet. Selon les dernières données, on compterait plus de 6 000 000 de rats à Montréal.

Photo: Félix Desjardins

Quels sont les dangers liés aux poison à rat? 

Évidemment, un produit mortel pour les rats présente aussi un danger pour les autres animaux autour. Valérie Dagenais, d’Experts Extermination (entretien téléphonique 10 novembre), explique toutefois que les autres animaux ne sont pour la plupart du temps pas en danger mortel s’ils ingèrent pas mégarde du poison à rat, ou encore s’ils mangent un rat qui a consommé du poison. « Un animal qui peut manger un rat va être plus gros que lui, explique-t-elle. Le rat ne mange pas assez de poison pour faire du dommage à un animal qui est plus gros. » Le centre vétérinaire DM, à Montréal, suggère quand même aux propriétaires d’animaux domestiques de consulter un vétérinaire si leur chien ou leur chat consomme du poison à rat, qui peut entraîner des hémorragies ou des saignements. Dans un article scientifique publié en 2011 dans Environnement International , le chercheur canadien Philippe J. Thomas et son équipe avaient analysé le foie de 196 hiboux et aigles retrouvés morts à travers le pays. La conclusion de l’étude était plutôt alarmante: on pouvait associer la cause de décès de 11% d’entre eux à des rodenticides de deuxième génération. Ceux-ci ont été développés dans les années 1970 alors que les rats s’étaient immunisés aux premiers prototypes de poison. Parmi les autres animaux qui sont des proies à une contamination directe ou indirecte, on compte entre autres les écureuils, les chats et les chiens.

Photo : Félix Galli 

Les mesures proposées dans la pétition pourraient-elles être efficaces?

 « Je ne pense pas que [les mesures proposées dans la pétition] auraient un impact, affirme Philippe J. Thomas. Je pense toujours que la meilleure approche pour conserver la biodiversité, c’est d’entreprendre des discussions avec la Ville pour choisir quels produits ils vont utiliser. » (Entretien téléphonique, 12 novembre 2020). Selon le biologiste d’Environnement Canada, un tel rayon serait futile puisque les oiseaux peuvent parcourir plusieurs dizaines de kilomètres autour des villes. « Il y a beaucoup de solutions alternatives, avance Thomas. Sous un bon programme de contrôle de la peste, on utilise seulement les méthodes chimiques en dernier ressort. »

Photo: AFP

Quelles sont les solutions alternatives pour les exterminateurs? 

Il existe différentes alternatives au poison à rat pour contrôler un problème de rongeur. « Soit vous les capturez vivants dans des cages ou vous posez des trappes, collantes ou mécaniques », énumère Dagenais. Les trappes permettent aussi d’éviter une odeur de décomposition si un rat se décompose dans un endroit inaccessible, comme les murs ou les tuyaux, après avoir ingéré du poison. L’exterminatrice mentionne toutefois que la meilleure solution demeure de trouver la source de l’infestation (bouche d’égout, tuyau percé, etc) pour éradiquer le problème à long terme.

Photo: AFP

Le Québec devrait-il suivre l’exemple de l’Alberta dans son contrôle de la vermine?

L’Alberta clame depuis plusieurs années être le champion mondial du contrôle de rat. Selon son programme d’extermination de ces rongeurs, il n’y aurait pas eu d’infestation en 70 ans. Serait-ce un exemple à suivre pour Montréal? « En Alberta, l’approche qu’ils prennent, c’est qu’ils engagent des gens qui se promènent sur les frontières avec la Colombie-Britannique et la Saskatchewan et qui lâchent des tonnes de poison à rat », explique Thomas. Cette mesure draconienne est très néfaste pour l’environnement, selon lui, alors qu’il est commun de retrouver des carcajous, des loups et mêmes des ours qui en meurent. D’ailleurs, si on compte l’Alberta comme le leader en termes de contrôle de la peste, le Québec, de son côté, peut se vanter de mener la charge au pays pour la protection de sa biodiversité. « Le Québec adopte souvent des politiques novatrices reliées à l’environnement, louange-t-il. En termes de gestion de la biodiversité, le Québec est un leader. »

Photo: Change.org

Le poison à rat est-il interdit ailleurs dans le monde?  

Il existe plusieurs initiatives et pétitions comme celle mentionnée, visant à rendre les rodenticides illégaux. En 2016, l’organisme France Nature Environnement avait lancé une campagne de sensibilisation visant à réduire la distribution de raticides dans l’Hexagone. Sur le site Change.org, une pétition lancée par le Wildlife Emergency Services compte aujourd’hui plus de 45 000 signatures. Plusieurs types de poisons pour animaux sont aujourd’hui interdits à travers le monde, dont les gaz lacrymogènes ou les convulsivants. Le poison à rat moderne demeure toutefois légal dans l’écrasante majorité des pays dans le monde. Au Québec, il faut néanmoins posséder un permis pour en acheter. Le commun des mortels ne peut donc pas s’en procurer sans faire affaire avec une compagnie d’extermination. Pour les pays en développement, la situation des rats est tellement critique qu’il serait impossible d’y entrevoir une interdiction du poison à rat dans les années à suivre.

Sources:

https://beta.montreal.ca/petitions/detail/5e681a6dd283ae0019cf4ed2

https://ici.radio-canada.ca/info/videos/media-7971083/six-millions-rats-montreal

https://www.journaldemontreal.com/2020/05/26/montreal-doit-sattaquer-aux-rats

https://www.ledevoir.com/politique/montreal/538716/plus-de-chantiers-a-montreal-et-aussi-plus-de-rats

https://www.centredmv.com/wp-content/uploads/2013/09/Urgence-Intoxication-au-poison-a-rat_FR.pdf

https://fr.wikipedia.org/wiki/Rodenticide

https://nerc.ukri.org/planetearth/stories/973/

https://www.change.org/p/epa-stop-use-of-6-anticoagulant-rodenticides

https://www.washingtonpost.com/world/the_americas/alberta-canada-rat-free-for-70-years/2019/09/27/4caf1cb6-de2b-11e9-be7f-4cc85017c36f_story.html